Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
news des marins

Histoire de Alain VanHoucke Zingle épisode 4

25 Mars 2015 , Rédigé par Alain VanHoucke Zingle Publié dans #Histoire

Je suppose que vous aurez tous compris que je suis un ancien de l'ESNA, l'Ecole Supérieure de Navigation d'Anvers, je l'ai assez répété dans les 3 premiers épisodes...
La promotion de 1968 a été l'une des dernières de "l'ancien système" , quand on estimait que 3 années dont une sur un navire école c'était bien suffisant pour former des aspirants officiers au long cours... En 1973, si mes souvenirs sont bons, le nombre d'années est passé à 4. En 2016, il passera à 5.... sans doute le meilleur système que l'on ait trouvé pour limiter le nombre de candidats européens dans une époque où la marchande est de plus en plus réservée aux équipages "peanuts".

Pour en revenir à notre promotion: la première année d'études comprenait un stage de 6 semaines à Lombardzijde (base navale belge) où nous avons "désappris" à marcher au pas, à saluer un drapeau (le belge... celui qui plus tard laisserait sa place au luxembourgeois,... "peanuts" je vous disais), et surtout à m'enlever tout regret de ne pas avoir fait le service militaire obligatoire. Marcher au pas nous a surtout fait comprendre comment déjouer l'interdiction de sortie en soirée.
Alors qu'il nous était impossible de passer le corps de garde individuellement pour aller écluser quelques bières dans les cafés du coin, nous n'avons pas tardé à trouver la parade: en rang par 4, au pas cadencé, et depuis les baraquements en passant par l'allée principale, nous n'avions plus qu'à saluer le marin garde-barrière qui nous laissait le champ libre. Comme quoi ceux de la marchande étaient bien plus fûtés que leurs homologues militaires.

Nous avons aussi appris à lutter contre l'incendie dans un bunker en flammes, à reconnaître les "démineurs" des "démajeurs", à administrer les premiers pour éviter les derniers secours, et finalement à identifier les signaux phoque (ou morse, je ne sais plus trop), auditifs et visuels.

Après cette mise en bouche, nous avons embarqué sur les 3 navires écoles, le Montalto, le Monthouet et l'Eeklo, chaque navire-école embarquant 24 cadets, accompagnés de 4 instructeurs, un médecin (premiers secours) et un aumônier (dernier recours). Les meilleurs cadets (nous donc) se sont retrouvés sur le Montalto avec le plus mauvais instructeur, une franche crapule nommée Van Impe, qui n'allait pas gagner le Tour de France. 4 par cabine, deux francophones, deux flamands, ,mais tous parlant le français ce qui ne nous a pas permis de nous améliorer beaucoup dans la connaissance de la seconde langue.
Le premier voyage: direction l'Afrique de l'Ouest, Pointe-Noire, Boma, Matadi, Lobito.
Ceux de l'équipage dont je me souviens: le commandant Stas de Richelle, 1er officier: Napoléon Fonteyne, 4ème officier: Roland Hastir, cadet-chef: René Maquestiau. Avec René nous nous sommes retrouvés bien des années plus tard lorsque nous étions tous deux commandant et premier-officier et surtout grands joueurs d'interminables parties de belote chez ABC Containerline.

Photo 1:
A Matadi nous avons fait la connaissance de David, le sorcier du coin, dont les chaussures ne tenaient plus qu'avec les nombreuses couches de peinture de navire de toutes les couleurs dont il les enduisait journellement.

Photo 2:
Deux des occupants de ma cabine, Peetz et "?", ancien bibliothécaire qui n'allait pas faire carrière sur l'eau, et ma vieille guitare qui m'accompagnait déjà.

Photo 3:
Dans les mess des cadets, la grosse bouffe.

Photo 4:
Le Montalto, un vrai navire, avec des mats de charge, des basse-cales, des entreponts, 4 citernes pour l'huile de palme, des frigos dans l'entrepont de la cale 3, et un pont supplémentaire pour loger les cadets et leurs instructeurs.

Histoire de Alain VanHoucke Zingle épisode 4
Histoire de Alain VanHoucke Zingle épisode 4
Histoire de Alain VanHoucke Zingle épisode 4
Histoire de Alain VanHoucke Zingle épisode 4

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article