Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
news des marins

Collision entre Monthouet et Arabella

12 Avril 2015 , Rédigé par Alain VanHoucke Zingle Publié dans #Fortunes de mer

COLLISION ENTRE MONTHOUET ET ARABELLA.

Le 31 juillet 1962 à 03h50, près de Cap Gris-Nez, le Monthouet, navire-école de la marine marchande belge, entre en collision avec le cargo libérien Arabella par visibilité réduite.
Un incendie se déclare à son bord et 5 marins vont perdre la vie. Le commandant du monthouet est Marcel Everard.
Le Monthouet venait de quitter Dunkerke une heure plus tôt à destination du Golfe Persique.
Sur la passerelle sont présents outre le commandant, le 2ème officier Van Gutte, le cadet Cloet et les matelos Dewolf Harryet Pungi Bungu.
La visibilité est de 2 à 3 miles. Un navire apparait sur le radar venant de tribord avant. Le telegraphe est placé sur "Stand-By" et les signaux de brume sont émis. Le matelos congolais est envoyé à l'avant à 03h34.
Le navire qui s'approche est un contrebordier et les 2 navires sont sur des routes directement opposées.
Le commandant ordonne un changement de route vers tribord de 35º et ensuite une réduction de vitesse.
L'autre navire ne modifie pas sa route ni sa vitesse et à 03h50 il heurte le Monthouet sous un angle de 60º à 20m de l'arrière babord.
L'arrière du navire, où logent les marins congolais prend feu. Certains suatent par-dessus-bord. Le canot 3 tribord est mis à l'eau sous le commandement du 2nd officier pour les repêcher.
Le 1er officier, Kympers, lutte contre l'incendie.
Le monthouet se dirige vers le mouillage au large de Cap Gris-Nez. il est alors assisté du Jean-Bart, remorqueur qui l'aide à lutter contre les flammes. L'incendie est circonscrit à 15h20.
5 marins congolais sont restés coincés dans le château arrière et n'ont pu fuir l'incendie.

L'Arabella a été reconnu totalement coupable.

Collision entre Monthouet et Arabella
Collision entre Monthouet et Arabella
Collision entre Monthouet et Arabella
Collision entre Monthouet et Arabella
Collision entre Monthouet et Arabella
Collision entre Monthouet et Arabella
Collision entre Monthouet et Arabella

COLLISION MONTHOUET - ARABELLA 1962 (SUITE).

Quelle règles appliquer pour éviter un tel drame?

... pour répondre à la question de Terry Fagniot :

Tout d'abord il faut savoir que nous sommes en 1962, 10 ans avant la mise en application du règlement que nous utilisons actuellement.
Lors de mes études à l'ESNA, entre 1968 et 1971, j'ai encore étudié l'ancien règlement. Ce n'est que lors des examens ultérieurs, de 2nd lieutenant, 1er lieutenant et de capitaine que ceux de ma prom ont étudié le règlement de 1972.

Il y a de nombreuses différences...notamment en ce qui concerne la vitesse à adopter par visibilité réduite. A cette époque on partait du principe que par visibilité réduite la vitesse du navire devait être adaptée de façon à pouvoir arrêter le navire sur une distance égale à la moitié de la distance de visibilité.

N'oublions pas non plus que les radars de 1962 n'étaient pas aussi performants que les radars actuels. Il n'était d'ailleurs pas fait mention de l'utilisation du radar (pour déterminer le danger de collision et la vitesse de sécurité) dans le règlement de l'époque.
On considérait encore que seule la vigie visuelle était performante et sûre.

Commentaires sur le Monthouet:

1. le navire vient de quitter le port de Dunkerke, avec le stress de chaque départ, toujours un peu le branle-bas de combat,

2. c'est la nuit, les gens sont plus fatigués après la journée en port , une grande partie de la nuit aussi,

3. dès que l'on sort de Dunkerke c'est à fond dans le trafic de la mer du Nord et le passage de Gris-Nez, un des endroits les plus embouteillés du monde,

4. la visibilité qui diminuera de plus en plus... au départ de Dunkerke elle était encore de 6 miles pour se réduire à moins d'1 mile lors de la collision.

5.La collision a lieu à 3h50 GMT, pendant le quart du second, car je suppose que le navire est encore en GMT+1, heure de la France. Sur la passerelle se trouvent le commandant, le 2nd officier, un cadet et deux matelots... comment sont réparties les tâches? Le matelot belge était à la barre, le matelot congolais à la vigie (et en ce temps là par brouillard on envoyait encore la vigie à l'avant dans des eaux forts fréquentées).

Commentaires et supputations sur l'Arabella:

Quelle est l'heure de bord???... il est probable qu'ils sont en heure GMT. Et là pourrait se trouver la réponse à l'énigme,
"pourquoi ne manoeuvrent-ils pas"???
Il est probable que sur le navire les horloges de bord indiquent 3h50.
En fait il y a en ce moment sur ce navire changement de quart. Le second va être remplacé par le premier .
Ils échangent quelques mots entre eux, l'un rempli le journal de bord, met une position sur la carte, et n'est plus attentif à la circulation aux alentours, l'autre boit son café du réveil, ... etc, etc...
Je l'ai dit hier: les changements de quart sont toujours des moments dangereux pendant lesquels l'attention se relâche...

Mais tout ça n'est que supputations bien sûr... toujours est-il que 99% des collisions sont dûes à des fautes humaines.

Pour conclure: L'arabella devait lui aussi venir sur tribord et les 2 navires pasaaient "rouge sur rouge" ... et surtout par visibilité réduite manoeuvrer largement à temps... il ne s'agit pas uniquement d'éviter une collision... le Règlement exige que l'on évite "toute SITUATION RAPPROCHÉE".

Photo 2: Arabella après la collision.

Collision entre Monthouet et ArabellaCollision entre Monthouet et Arabella

Partager cet article

Repost 0