Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
news des marins

18 décembre 1917

21 Octobre 2015 , Rédigé par Yves Dufeil Publié dans #Histoire

Amis du dimanche et des coulisses de l’Histoire, bonjour !
Cette semaine nous retrouvons la Première Guerre et pour une fois ce sera sur un ton plus léger car le petit récit (authentique) qui suit ne fera pas d’autre victime que l’amour propre de certains…

18 Décembre 1917
Sur les eaux de la Manche, le temps est beau et dair en cette froide après-midi de Décembre 1917. Pour le Lieutenant de Vaisseau Dobson de la Royal Navy, ci-devant commandant le sous-marin de Sa Majesté G6 et son équipage de 22 hommes, cette belle journée d'hiver marque la fin d'une patrouille malheureusement peu fructueuse. Néanmoins, ce manque de succès n'altère aucunement son moral, pas plus d’ailleurs que celui de ses hommes qui voient avec plaisir, se profiler à l'horizon un repos de trois jours à quai.
Un coup de périscope sur les 360 degrés de l'horizon... A part un destroyer américain reconnaissable à la forme particulière de son château, la mer est déserte.
- Surface !
Le sifflement de la chasse d'air emplit de son bruit familier le petit submersible qui, doucement remonte des profondeurs. Au milieu d'un remous, le kiosque du G6 émerge, ruisselant d'eau.
Sur la passerelle du destroyer américain, on veille et on veille bien ! Ce sous-marin qui fait surface n'a pas échappé à l'oeil attentif d'un veilleur.
- Sapristi ! Un U-Boot qui fait surface ! Là, par le travers ! hurle-t-il en désignant le petit kiosque qui vient d'apparaître.
- By Jove ! Sur le sous-marin par le travers bâbord, feu à volonté! crie l’Officier de Quart.
A l'instant où Dobson déverrouille le panneau du kiosque, une salve d'obus gronde rageusement au-dessus de sa tête pour s'abattre à quelques encâblures.
- Bon Dieu ! Il est cinglé ce Yankee ! Immersion 12 mètres ! Vite!
Son équipage ne comprend pas mais les explosions toute proches le font réagir très vite. Sautant dans le poste central, Dobson s'explique.
- Il y a là-haut un Yankee qui nous fonce dessus en tirant au canon ! Crarnponnez-vous les gars, je crois bien qu'on va déguster !
En effet, sur le destroyer alors que quelques centaines de yards le séparent encore de l'endroit où le sous-marin a plongé, les grenadeurs s'activent et quelques secondes plus tard, les deux premières grenades passent par dessus bord.
Vraoummm... Vraoummm...
Secoué comme un fétu de paille dans la tempête, le G6 s'indine dangereusement.
- A droite toute ! En avant toute !
A peine le fracas des explosions s'est-il éteint que le grondement des hélices du destroyer lancé à grande vitesse, résonne à nouveau dans le sous-marin.
- L'animal ! Il remet cela !
Vraoummm... Vraoummm...
Cette fois-ci, les grenades sont tombées un peu loin. Heureusement, car lors de la passe précédente, le G6 a souffert et de petites voies d'eau se sont même déclarées.
- Si c'est pas malheureux de se faire recevoir ainsi chez soi ! gémit un matelot anglais. Et en plus par un étranger !
Cette phrase a été prononcée avec une telle conviction que les hommes du poste central ne peuvent s'empêcher d'en rire, ce qui vient à propos pour détendre un peu l'atmosphère alors que le grondement des hélices américaines s'amplifie de nouveau.
Vraoumrnm... Vraoummm...
Ouf ! cette fois encore, plus de bruit que de mal mais les explosions ont quand même entraîné le G6 à une profondeur de quarante mètres. Il serait grand temps que cesse ce grenadage idiot, mais ce diable d'Américain a l'air enragé.
Au bout d'une demi-heure, le vacarme prend fin. Relativement peu endommagé, le G6 a bien supporté l'épreuve, tout comme son équipage qui respire beaucoup mieux à présent que le grondement des hélices du destroyer s'estompe dans le lointain de la mer.
- La vache ! Il a bien failli nous avoir !
Par précaution, Dobson attend encore une heure avant de faire surface. La mer est déserte.
A bord du destroyer yankee, c'est l'euphorie. On se congratule, on s'esclaffe, on se tape dans le dos. On a enfin coulé un de ces salopards ! Car personne à bord ne doute de l'avoir envoyé par le fond celui-là. On a même vu de l'huile en surface après une passe... Et d'ailleurs, une heure après, il n'avait toujours pas reparu bien qu'ils se soient éloignés pour laisser croire qu'ils étaient partis ! Pas de doute, il était bel et bien au fond !
Grisé par son succès, l'équipage américain fait une entrée remarquée à Devonport.
Tout à leur joie, les Américains ne prêtent aucune attention au petit submersible qui un moment plus tard défile silencieusement le long du bord pour rejoindre son poste d’amarrage. Sur son kiosque, on lit G6 !

Quelques heures après, au carré du destroyer américain…
Confortablement installé dans un fauteuil, un verre de bourbon à la main, le Commandant du destroyer raconte une fois de plus son exploit de la journée devant un auditoire venu le féliciter de ce succès.
- Un beau coup, yes indeed ! Il a fait surface tout près de nous ! Alors, je lui ai balancé quelques pruneaux qui ont eu l'air de faire mouche puis j'ai foncé dessus en le grenadant à plusieurs reprises. Il a été tellement surpris qu'il n'aura pas eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait. En trois passes, j'avais eu sa peau !
La bouteille repart pour un tour de carré lorsque dans l'encadrement de la porte, apparaît un Lieutenant de Vaisseau qui arbore l'insigne des sous-mariniers de la Royal Navy et se campe devant l'Américain, rédamant d'un geste le silence.
- Sorry Sir ! C'est mon bateau que vous avez "coulé" aujourd'hui ! Enfin presque puisque je suis là ! Je ne pense pas que l'on vous décorera pour cet exploit, mais vous pouvez encore en être quitte envers moi en m'offrant un whisky !
Deux bouteilles supplémentaires furent nécessaires pour laver l'affront mais contrairement aux grenades du destroyer, la dernière passe de whisky fut fatale à l'Américain qui, tard dans la soirée, tombait à la renverse et sombrait aussitôt les bras en croix.
Il faut dire aussi que face à un adversaire écossais, le combat était par trop inégal !

18 décembre 1917

Partager cet article

Repost 0