Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
news des marins

Dieppe : Joël Carpentier, un terrien au service de la mer

11 Mai 2016 , Rédigé par Barbara Huet Publié dans #Histoire

Dieppe : Joël Carpentier, un terrien au service de la mer

«Je suis un fou de pêche : j’aime l’ambiance avec les copains, le casse-croûte, la rigolade... ». Ce que Joël Carpentier apprécie moins, en revanche, c’est le mal de mer. Il en a fait l’amère expérience, en 1965, à l’âge de 16 ans. « Je voulais absolument monter à bord, j’embêtais toute ma famille avec cette idée fixe et un jour, mon oncle, patron du chalutier Cap blanc nez à Boulogne-sur-Mer, m’a embarqué avec lui », raconte le Neuvillais. Et là : « Le cauchemar ! J’ai été malade et j’ai compris que je n’étais pas à ma place, que je n’en ferais pas mon métier », poursuit-il.

Joël Carpentier change alors de voix mais sans s’éloigner de la mer : « Après mon CAP chaudronnier, je suis rentré dans Les Ateliers et chantiers de la Manche (aujourd’hui appelés Manche industrie marine, NDLR) et j’y suis resté trente-quatre ans ». Il a, notamment, participé à la construction de plusieurs Snekkar, de navires scientifiques, de remorqueurs, de chalutiers, crevettiers, thoniers, etc. Le boulot idéal pour Joël : « Je travaillais en lien avec la mer, sans horaires fixes, mais en restant à terre ».

Retraité dès l’âge de 50 ans à cause de l’amiante, ce père d’une fille et grand-père d’une petite-fille, en profite pour retrouver sa passion première : « La pêche ». Mais en version loisir avec les amis, quelques heures sur des petites embarcations.

Des exposés pour les écoliers

Il met, en outre, son savoir-faire au service des marins-pêcheurs dieppois et n’hésite pas à faire des réparations sur les bateaux. Des bateaux qu’ils adorent suivre via le site internet AIS, soit le système d’identification automatique qui permet de connaître la position de n’importe quel navire en mer. « Quand je ne dors pas, j’aime bien suivre et savoir où sont les copains et communiquer avec eux », souligne Joël qui n’est autre qu’« un marin dans un corps de terrien ». Il parvient également à transmettre le virus à ceux qui l’entourent : « Avec ma voisine, directrice d’école, nous préparons, chaque année, des exposés en lien avec la mer. L’an dernier, le sujet portait sur le port de commerce, cette fois je pense que nous allons reparler... de la pêche ! ».

Pour tout ce dévouement au service du monde maritime, le retraité de 66 ans, a reçu, en fin d’année dernière, la médaille des gens de la mer, de la part de la municipalité de Dieppe.

Barbara Huet

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article