Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
news des marins

Channel Queen

15 Décembre 2015 , Rédigé par Yves Dufeil Publié dans #Histoire

LES COULISSES DE L’HISTOIRE
Cette semaine nous restons dans le domaine des naufrages affectant les petits paquebots comme les grands et il n’en manque pas entre le 19e et le 20e siècle. Il est vrai qu’en ce temps là le bateau était le moyen de transport le plus répandu dès qu’il sagissait de franchir une mer mais aussi la sécurité n’avait pas atteint le niveau qui est le sien aujourd’hui. Même à bord d’une Reine de la Manche.

Plymouth, 31 Janvier 1898, onze heures du soir.
- Larguez partout !
Les deux dernières aussières qui retenaient encore le paquebot Channel Queen à quai, tombent à l'eau et sont rapidement hissées à bord. Sous le couronnement, l'eau bouillonne tandis que lentement, le navire s'éloigne du quai jusqu’à ce que très vite il disparaisse, happé par l'obscurité de cette nuit d'hiver tandis que les uns après les autres, les quelques passagers qui ont assisté à l'appareillage, regagnent l'intérieur. Pour comprendre leur présence sur le pont malgré le froid de la soirée, il faut avoir connu cet instant merveilleux des premiers tours d'hélice, cet instant unique dans lequel on se sépare de ses derniers liens avec la terre pour prendre pleinement possession de l'univers marin. En ce moment exceptionnel, sans appartenir déjà à la mer, le navire n'appartient déjà plus à la terre. C'est l'instant de la transition entre deux mondes, un moment privilégié pour qui aime la mer.
Pour quarante quatre des passagers voyageant en classe "Pont", le chemin de la cabine sera aisé. Ils vont voyager dans le poste avant, sous le gaillard, une précaire situation qui leur procurera malgré tout un abri des embruns. Ces passagers ce sont des paysans bretons qui chaque année traversent la Manche et s'en vont vendre eux-mêmes dans le sud de l'Angleterre, le produit de leur récolte. Une fois celle-ci liquidée, ils regagnent leur Bretagne natale où on les a familièrement baptisés "Johnnies". Habitués qu’ils sont à de rudes conditions de vie, ce séjour d'une nuit dans un compartiment non chauffé et peu abrité des intempéries ne les effraie pas. Et puis, que ne supporterait-on pas pour rentrer au pays et y retrouver famille, parents et amis.
Au nombre de ces rudes bretons, on trouve de tout jeunes garçons dont certains n'ont même pas douze ans. C'est que la vie est dure en Bretagne en cette fin de dix neuvième siècle et pour beaucoup, l'école reste un privilège de gens aisés. Alors, encore enfant, on s'embarque pour l'Angleterre avec ses oignons et le coeur gros. On y gagnera toujours quelques dizaines de Sterlings qui viendront aider à élever les plus jeunes. Ainsi d'année en année, de jeunes enfants viendront grossir le contingent, remplacer les vieux dont certains en sont à leur quarantième campagne sur le sol anglais quand ce n'est pas davantage. Alors, par la force des choses, bien avant le français,on apprendra très vite la langue de Shakespeare au point de la mélanger parfois avec le breton..
Une femme aurait du se trouver parmi eux. Non pas une paysanne bretonne, juste une nourrice anglaise. Mais il y a quelques minutes, le Capitaine Collings, maître du navire, est venu la chercher pour lui octroyer une cabine de Première classe demeurée vacante. Ce geste de compassion du Capitaine, elle le doit surtout à la petite Dolly Ayres, une ravissante fillette blonde de deux ans dont Madame Pollard a la garde. Ce petit ange a été abandonné par sa mère et c'est son père, un caporal de l'armée stationné à Jersey, qui en assure seul la charge matérielle. Or, par négligence ou peut-être par pauvreté, cet homme n'a pas versé un seul penny à la nourrice de Dolly depuis des mois. Aussi, après plusieurs sommations restées vaines, a-t-elle décidé de se rendre à Jersey afin d'y rencontrer le père et le placer face à ses responsabilités. Indifférente à tout ce changement dans ses habitudes, la petite fille étendue sur une couchette, dort déjà du sommeil des anges.
Quant aux autres passagers, ils sont au nombre de deux et voyagent l'un et l'autre dans une cabine de Première Classe. Il s'agit de John Balleine, un représentant de commerce domicilié à Jersey et de Frank Cowell, un homme d'affaires de Plymouth.
Outre ces quarante huit passagers, le Capitaine Collings a également la charge des quinze hommes qui composent l'équipage. Pour la plupart, ils sont originaires de Plymouth ou de Jersey. Un jeune steward du nom de George Amy assure quant à lui le service aux passagers.
Ainsi, ce sont soixante quatre personnes qui en ce dernier soir de Janvier, se trouvent à bord du Channel Queen appareillé de Plymouth à destination de Saint Brieuc avec escales à Guernesey et Jersey. Le navire quant à lui est un paquebot côtier âgé de trois ans seulement. Long d'une cinquantaine de mètres, il jauge un peu plus de 1500 tonneaux et c'est un bon bateau en fer qui ne donne que satisfactions à son armateur, la Compagnie Plymouth, Channel Islands and St Brieuc Line. Tout comme son Capitaine d'ailleurs, un ancien de la Manche qu'il a du traverser plus de mille fois en quinze années de commandement.
Sorti du port, le petit paquebot s'engage dans le Sound de Plymouth puis met le cap au sud-est en direction du rivage de Guernesey. Dans le sillage, les lumières de la côte s'évanouissent peu à peu à mesure qu'il s'en éloigne. La visibilité est médiocre et le vent faible tandis qu’une houle modérée d'ouest est à l'origine d'un peu de roulis. Mille après mille, le Channel Queen trace sa route vers le sud, vers Saint Pierre Port de Guernesey. Collings est parti s'allonger quelques heures et a demandé à l'Officier de quart de le réveiller à quatre heures au plus tard ou même avant si la visibilité venait à se réduire notablement. A part les hommes de service, marins et passagers dorment...

Guernesey, quatre heures trente du matin.
Onesime Dorey, le représentant de la Compagnie à Saint Pierre Port émerge péniblement du sommeil et craque une allumette pour allumer le bougeoir. Avec précaution, afin de ne pas réveiller son épouse, il quitte la douce chaleur du lit et d'un pas ensommeillé, la chandelle à la main, il se dirige vers la fenêtre de sa chambre. C'est une vieille habitude qu'il a prise de commencer la journée en regardant le temps qu'il fait dehors. Le métier y est bien sûr pour quelque chose car pourquoi un prêtre, un employé de bureau où un notaire devrait-il s'en soucier ? A ces gens là, peu importe qu'il fasse beau ou pas, si ce n'est pour décider de prendre ou non un parapluie, mais pour lui Onesime, c'est différent. La régularité des escales des bateaux de sa Compagnie dépend principalement du temps. Encore à demi endormi, il écarte le rideau et approche son visage du carreau.
Bon sang ! Ce n'est pas fameux ! Il a même du mal à apercevoir la jetée pourtant distante de seulement deux cents mètres tant le brouillard enveloppe tout le port de son voile cotonneux. Le Channel Queen va sûrement avoir du retard... Enfin, retard ou pas, il faut y aller car l'accostage reste malgré tout prévu pour cinq heures quinze et le seul moyen de savoir s'il sera à l'heure, c'est encore d'aller l'attendre.

Channel Queen, cinq heures du matin.
Ainsi que le supposait fort justement Onesime Dorey en se levant, le bateau a du retard. Deux heures plus tôt, Collings a été réveillé par son Lieutenant car la visibilité était tombée à une centaine de mètres et en pareille circonstance, il lui appartenait de décider de la conduite à tenir. Prudent, le Capitaine a décidé de réduire sa vitesse de moitié. Redescendu dans l'abri de navigation, il examine la route portée sur la carte pendant la nuit. Le navire devrait se trouver à cinq milles dans le nord-ouest des Hanois, un dangereux banc de récifs qui fait barrage à la longue houle océane sur la façade ouest de l'île. Dans quelques minutes, il pourra venir en route à l'est afin d'arrondir la pointe nord-est de l'île. Allons, cela ne fera que deux heures de retard !
- Monsieur Gunney, dites donc au steward de nous monter du thé bien chaud, commande Collings à l’Officier de quart, je pense que nous allons en avoir bien besoin ce matin !
Sur la passerelle du navire, il fait en effet particulièrement froid et l'humidité glacée du brouillard transperce les hommes de quart jusqu'aux os. Le vent est totalement tombé, seule subsiste la houle d'ouest. A vitesse réduite, roulant bord sur bord, le Channel Queen poursuit sa route aveugle ponctuée de coups de sirène.
Ah ! voici justement qu'arrive le steward avec un pot de thé brûlant. A tout seigneur tout honneur, Collings est servi le premier. Tenant le bol bien serré entre ses mains pour les réchauffer, tout en soufflant pour le refroidir plus rapidement, il boit à petites lampées le réconfortant breuvage.
- Good God cela fait du bien ! Un bon cigare par là-dessus et je me sentirai tout à fait réchauffé, affirme le Capitaine en souriant.
Tirant de sa poche l'un de ses inséparables cigares dont la forte odeur rendrait malade tout autre vieux loup de mer, il s'adosse au bordé de la passerelle pour pouvoir conserver les mains libres et réussir la délicate opération de l'allumage d'une flamme en plein vent.
A cet instant précis, le matelot de quart aux bossoirs crie pour signaler un danger.
- Brisants droit devant ! Tout près !
Aussitôt sur la passerelle la manœuvre appropriée est engagée.
- A droite toute ! Machine en arrière toute !
Hélas, déjà, un frémissement parcourt le navire, suivi presque aussitôt d'un choc violent accompagné un bruit sinistre de déchirement tandis que dans une dernière secousse, le navire s'immobilise et commence à sombrer. Sans perdre un instant, George Amy abandonnant sont pot de thé renversé se précipite dans l'escalier, vers les cabines des passagers.
- Habillez vous vite et montez sur le pont ! Nous sommes sur les rochers ! annonce-t-il à Frank Cowell.
Sur la passerelle, à l'aide du porte-voix, Collings donne ses ordres.
- Tout le monde sur le pont ! Dans l’ordre et le calme s’il vous plait ! No panic please !
Se précipitant alors dans la cabine de John Balleine, le steward trouve ce dernier à demi endormi et ne comprenant visiblement pas ce qui se passe.
- Vite Monsieur ! Montez sur le pont ! Nous sommes en train de couler !
Sortant de la cabine, George Amy se heurte à Madame Pollard affolée qui hurle. Réalisant qu'elle n'a pas le bébé avec elle, il s'en inquiète.
- Trop tard ! C'est trop tard ! Les hublots sont brisés et la cabine est pleine d'eau ! Vous ne pouvez plus rien pour elle !
- Mais enfin, crie le jeune homme en repoussant la nourrice qui se cramponne désespérément à lui, il faut essayer !
Hélas, le temps perdu à se dégager de l'emprise de Madame Pollard va être fatal pour la petite Dolly car la cabine est déjà presque totalement noyée et malgré les efforts surhumains que déploie le jeune garçon, la porte ne peut plus être ouverte tant est grand le poids de l'eau qui pèse sur celle-ci.
- Vous rendez-vous compte, hurle-t-il à l'adresse de la nourrice, que cette petite est noyée par votre faute ! Pourquoi ne l'avez-vous pas prise avec vous ?
- Je n'ai pas eu le temps ! Et puis de toutes façons, ce n'est pas ma fille !
Pareil cynisme que la panique ne suffit pas à excuser, nous laisse confondus.
Sur le pont, l'équipage distribue des ceintures de sauvetage. Toutes les quelques secondes, une nouvelle secousse ébranle le navire qui à chaque fois, s'enfonce un peu plus. Trois minutes après le choc, le pont est totalement submergé mais le bateau ne semble pas vouloir couler davantage. Il repose maintenant sur le fond qui par chance n'est pas à cet endroit bien loin de la surface. Par contre, avec la nuit et le brouillard, il n'est pas possible de savoir où le Channel Queen s'est échoué.
- Les canots à la mer ! ordonne le Capitaine.
Dans le même temps, Collings a sorti la caisse contenant les fusées de détresse. Impossible d'en faire partir une seule, elles sont toutes trempées. en désespoir de cause, il fait actionner le sifflet à vapeur dont le signal aigu déchire la nuit.
Un premier canot descend sous les bossoirs mais au moment de toucher l'eau, il est soulevé par une vague, retourné et écrasé contre la coque, livrant à la mer glacée les deux marins qui le montaient. La seconde embarcation n'a guère plus de chance : sept hommes ont pu prendre place à bord mais survient une nouvelle vague qui la chavire. François Caroff, un breton de Roscoff est de ceux-là. Se ressaisissant malgré le froid il nage vigoureusement pour se maintenir à distante prudente de l'épave. C'est là que l'armement de la troisième chaloupe le repêchera un peu plus tard, transi mais vivant.
Bientôt, la pression de vapeur est devenue trop faible pour que le Channel Queen puisse continuer plus longtemps à clamer sa détresse. La voix du sifflet n'est plus qu'un souffle couvert par le grondement de la houle qui se brise sur l'épave. Fort heureusement, ainsi que nous l'avons constaté, la profondeur est faible et malgré sa coque éventrée, le navire ne coulera pas davantage, mais la situation des naufragés sur l'épave devient vite critique. Les malheureux, fouettés par les vagues n'ont pour sauver leur vie d'autre ressource que la seule force de leurs poignets et de leurs mains qui s'accrochent désespérément à tout ce qui peut fournir une prise. Battue par les vagues, la cloche du navire tinte lugubrement, semblant annoncer à tous ces infortunés l'avènement prochain de leur mort.
Par moments, un claquement sec comme un coup de feu retentit. Ce sont les panneaux d'écoutilles ou des portes de cabine qui sous l'effet de la pression de l'eau finissent par céder.
Deux heures se sont maintenant écoulées. Les naufragés ont l'impression de vivre un cauchemar qui n'en finit pas et dans leurs rangs, les vides se font de plus en plus nombreux. Epuisé, John Balleine reçoit de plein fouet une lame qui lui fait lâcher prise. De justesse, il se rattrape à une rambarde à l'instant où il allait passer par dessus bord. A chaque fois, il se dit qu'à la prochaine vague il lâchera pour de bon et se laissera emporter pour mettre un terme à cette souffrance. Mais à chaque fois, l'instinct de conservation prend le dessus et peu à peu, son cerveau engourdi par le froid finit par se persuader que le salut ne devrait pas tarder. Tenir ! Il faut tenir encore !
"Ma Doué ! "
George Amy qui a entendu le cri d'effroi se retourne pour voir un breton qui vient de se faire enlever par une lame, disparaître dans les flots tumultueux. Une victime de plus !
Un autre breton s'est réfugié à l'intérieur d'une manche d'aération. Là au moins, il est l'abri des vagues même s'il est quelque peu gêné aux entournures mais leur violence est parfois telle qu'à chaque instant il craint de voir son frêle abri emporté par la mer.
Enfin, après ces heures d'angoisse qui ont vu partir un certain nombre d'entre eux, les naufragés accueillent avec soulagement un jour poisseux qui se lève. A une cinquantaine de mètres, apparaît un plateau rocheux mais tenter de le gagner à la nage dans l'état d'épuisement où ils se trouvent serait suicide. Tous ont encore présent à l'esprit la tentative entreprise par Frank Cowell et Peter Scone, le chef mécanicien qui peu avant, ont voulu tenter de gagner le rivage à la nage pour y chercher du secours. Folle entreprise qui s'est soldée par une double noyade.
Un cri d'espoir fait soudain tressaillir jusqu'aux plus affaiblis des malheureux transis.
- Dieu du ciel ! Une barque ! Nous sommes sauvés !
En effet, Gaudion et Bewey, deux marins-pêcheurs alertés par la sirène du paquebot ont enfin réussi à localiser l'épave et font force rames vers les naufragés. S'approchant à quelques mètres du bord, les deux braves lancent un filin dont Collings s'empare prestement.
- Evacuez le navire le long de ce cordage ! crie l'un d'eux.

Ainsi un par un, les survivants du Channel Queen sont tirés de leur délicate position. D'autres pêcheurs qui les ont rejoint à leur tour, convoient les naufragés jusqu'à Grand Havre Bay où ils sont débarqués et réconfortés.
Il est dix heures trente quand en dernier et transi de froid, Edward Collings, après avoir fait tout ce qui était en son pouvoir pour sauver ses passagers et son équipage, prend pied sur la plage.
En fin de journée, le bilan définitif de ce tragique fait-divers s'établissait ainsi : vingt et un noyés ou disparus. Cinq parmi l'équipage, seize parmi les passagers dont quatorze Johnnies, Frank Cowell et la petite Dolly si lâchement abandonnée.
C'est seulement le 5 que la nouvelle atteignit la Bretagne. Elle fut annoncée le 6 au prône de la grand-messe, plongeant toute la région léonarde dans la consternation. Les plus jeunes victimes, deux garçons de dix et treize ans, Charles Cabioc'h et Jean Marie Le Bihan, étaient originaires de Roscoff.
Une fois de plus, la dangereuse côte nord-ouest de Guernesey et la sinistre Roque Noire en particulier avaient prélevé leur tribut en vies humaines. L'accident eut pour effet de faire doter plus rapidement le phare des Hanois d'un signal de brume et d'un feu plus puissants.
Cette catastrophe qui affectait particulièrement la corporation des Johnnies n'était hélas que le prélude à une nouvelle tragédie qui allait voir périr un nombre autrement plus élevé de ces sympathiques marchands d'oignon. Mais ceci est une autre histoire...

+3

J’aimeCommenterPartager

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article